Esprits créatifs

Depuis des mois, les élans de solidarité ont été nombreux dans la communauté artistique. Ils ont entre autres pris la forme de mobilisations en appui au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, à Radio-Canada, à la CRÉ, à la concertation régionale et plus récemment, à Charlie Hebdo.

De multiples événements nous ont rappelé à quel point les acquis sont fragiles. À l’heure où les réductions budgétaires font boule de neige et affectent inévitablement la culture, cette solidarité est plus que jamais nécessaire. Et dans ces périodes de grands changements, les arts sont essentiels pour s’exprimer et pour se rassembler. Nous devrons tirer des leçons de chaque événement et surtout nous retrousser les manches pour continuer d’avancer, même si nous n’avons pas encore à l’heure actuelle réponse à toutes les questions...

Les incertitudes planant sur l’avenir du Conservatoire de musique de Trois-Rivières ont permis à plusieurs de témoigner pour une première fois leur attachement à cette institution. Maintenant, seront-ils nombreux à poursuivre cet appui en assistant aux concerts et en participant à la promotion de ce lieu d’enseignement?

La disparition de la CRÉ a fait réaliser que peu importe la forme que cela prendra à l’avenir, la région doit continuer de se donner une vision et un espace de collaboration axé vers le développement. Qui prendra le relais?

Les coupures à Radio-Canada ramènent la triste réalité de la place des régions, mais également, la réduction constante de l’espace accordé à la culture dans l’ensemble des médias québécois. Serons-nous nombreux à réclamer une diffusion plus large de la culture dans les médias?

Le drame de Charlie Hebdo a mis à l’avant-plan l’importance des artistes qui, à travers leur art, nous invitent à jeter un regard sur notre société, à réfléchir, à nous questionner. Mais, au quotidien, offrons-nous un cadre propice à l’émergence et au rayonnement de ces artistes?

Le contexte actuel risque de faire naître bien d’autres questionnements... Quelle place occupera la culture dans les choix budgétaires que devront faire les Villes? Qu’adviendra-t-il des festivals et des organismes qui doivent faire face à des réductions de commandites, dont celles provenant des sociétés d’État? Comment les industries musicale et littéraire s’adapteront aux changements d’habitudes des consommateurs?

Dans cette quête de nouvelles façons de faire, les membres de Culture Mauricie joueront assurément un rôle de premier plan au cours des prochaines années. Pourquoi? Parce que les solutions naissent avant tout d’esprits créatifs.

François St-Martin
Président
Culture Mauricie