Les arts visuels, ça n'intéresse personne

Voilà c’est dit, c’est fait, c’est réglé, je peux tout de suite mettre fin à cet éditorial qui en fait n’en est pas un… les arts visuels ça n’intéresse personne. Surpris? Déçu? Choqué? C’est aussi mon cas lorsque j’entends de pareilles sornettes. Alors pour ceux qui auraient à livrer bataille autour d’un feu camp bien arrosé cet été, voici une série de données et de faits qui feront plier les plus habiles débatteurs.

Argument 1 : Le public est au rendez-vous

Dans les faits, ce secteur d’excellence de la région (car c’en est un) est appuyé sur un public important qu’il est facile de sous-estimer. À ce chapitre, le portrait statistique régional en culture pour notre région réalisé par le gouvernement du Québec indique que les lieux d’exposition en arts visuels sont fréquentés par 27,8 % de la population alors que les galeries le sont par 25,6 % des Mauriciens. Aussi, 18,6 % de notre population fréquente les salons de métiers d’art ou d’artisanat. Mine de rien, c’est pas mal de monde.

Argument 2 : Le portefeuille parle

De tout ce beau monde de la Mauricie, 10,6 % achète des œuvres d’art et 26,5 % achète des produits métiers d’art. Un peu moins que la moyenne québécoise, mais enfin, quand tu prends dans le portefeuille de précieux dollars durement gagnés, ça ne laisse pas de doute sur la motivation du geste. Cela veut simplement dire que c’est important et que cela a de la valeur.

Argument 3 : Des loisirs qui en disent long

Dans un tout autre ordre d’idées, cette même enquête révèle que 79 % de la population de la Mauricie déclare pratiquer une activité culturelle en amateur. De ces pratiques, les activités en lien avec les arts visuels sont de loin les plus populaires avec un pourcentage de 75,4 %, soit beaucoup plus que partout au Québec. Vous conviendrez avec moi que ces données témoignent avec éloquence de l’intérêt de la population pour le secteur des arts visuels. Cet intérêt est nettement plus large que nous le percevons habituellement.

Argument 4 : Des gens d’affaires parmi les fans

Si on laisse les statistiques de côté et que l’on regarde vers le monde des affaires, un nouveau constat s’impose. Les arts visuels sont perçus par un nombre grandissant d’entreprises comme un moyen concret pour l’embellissement du milieu de travail et l’amélioration de l’image de marque. C’est bien connu, de grandes entreprises développent des collections et s’associent à des événements dans le domaine. Plus près de nous, on a senti un véritable enthousiasme du milieu des affaires face à notre démarche L’art entre au bureau. Cette manifestation, dans laquelle on retrouvait des expositions en entreprise, une publication distinctive et un 5 à 7, s’est réalisée avec un enthousiasme qui s’est exprimé tant par l’implication des entreprises dans le projet que par les ventes qui en ont découlé.

Voilà, les arguments sont sur la table, ne reste plus qu’à casser comme l’aurait fait Brice de Nice. Alors, si vous vous retrouvez à débattre autour du feu, ne poussez pas le bouchon trop loin et ne forcez pas trop sur la bouteille… de toute façon, vous avez mille fois raison.

Bon été!

Éric Lord
Directeur général
Culture Mauricie