Étude auprès des artistes en arts visuels du Québec

Une bonne connaissance des conditions de vie des artistes en arts visuels permet-elle d’en améliorer la situation économique?

L’Institut de la statistique du Québec mène présentement une étude sur les conditions de vie et de travail des artistes en arts visuels du Québec. La plupart d’entre eux ont reçu dernièrement, un questionnaire à ce sujet et sont invités à y répondre au cours du mois. Celle-ci s’inscrit dans un programme d’étude sur les professions artistiques, mis de l’avant par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et le Conseil des arts et des lettres du Québec. Elle a été conçue par l’Observatoire de la culture et des communications de Statistique Québec en collaboration avec le regroupement des Artistes en Arts visuels du Québec (RAAV). C’est une étude très sérieuse qui a pour but de dresser un portrait le plus exhaustif possible de la condition de vie actuelle des artistes en arts visuels au Québec.

La très grande majorité des artistes aimeraient vivre de leur art et ne faire que cela. Mais combien sont-ils en réalité à exercer leur profession tout en multipliant les sources de revenus.

*Certaines données recueillies par Statistique Canada révèlent que le revenu annuel moyen des artistes en arts visuels est le plus bas de l’ensemble de la population active du secteur culturel. Il était de 12 500 $ en 2005, et aurait diminué par rapport aux statistiques précédentes. On apprend aussi que cette catégorie regroupe 3700 professionnels, la majorité sont des femmes et qu’elles auraient un revenu inférieur à celui de leurs collègues masculins de presque 30 % (extrait du recensement 2006 compilé par l’OCCQ).

De nombreux artistes n’entrent pas dans les données statistiques parce que les arts visuels ne sont pas leur principale profession. Beaucoup sont forcés de diversifier leurs sources de revenus, soit avoir un travail alimentaire ou un emploi dans un domaine connexe. Leur production personnelle s’en trouve souvent ralentie ou mise de côté temporairement. Plusieurs artistes créent eux-mêmes leur emploi en initiant des projets dont les subventions ou les commandites réussiront à leur payer un petit salaire. Cela leur permet de continuer à œuvrer pour la culture, tout en restant en contact avec leur propre discipline.

Le RAAV recommande aux artistes de répondre à ce questionnaire, car il permettra de mettre à jour des données concrètes qui sont essentielles pour ceux qui souhaitent promouvoir l’amélioration des conditions de vie des artistes en arts visuels. La Loi sur le statut professionnel des artistes en est un exemple, elle a été élaborée à partir de renseignements fournis par les artistes.

Il est réconfortant de constater que la reconnaissance du travail des artistes est prise en compte et qu’elle suscite ainsi l’intérêt du ministère de la Culture. Celui-ci désire mettre en lumière une réalité difficile à cerner, dans le but d’y trouver des solutions. Voilà pourquoi, les réponses de chacun sont importantes.

*Dépliant d’information de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec — Statistique Québec

Aline Beaudoin
Artiste en arts visuels
Administratrice, représentante à la commission Arts visuels / Individus