Quand l'arbre se fait lire quand l'arbre se fait racine

« Après avoir longtemps parlé aux baobabs, j’ai aujourd’hui décidé de les écouter me raconter la vie. » Boucar Diouf.   Laisser parler l’arbre, le laisser se révéler tout comme on prête parole aux mots, aux livres. S’il existe un lien étroit entre l’humain et l’arbre,  il existe également une symbiose naturelle et culturelle entre l’arbre et le livre. Pour preuve, la prochaine édition du Salon du livre de Trois-Rivières s’inspirera du slogan Prendre racine.

Qui dit arbre, dit sève nourricière, dit élan de création inspirant l’écrivain ou le poète qui donnera vie et âme aux mots, comme l’ont si bien fait une dizaine d’auteurs de la région cette année en publiant chez des éditeurs reconnus ou bien à compte d’auteur.

Qui dit arbre, dit circulation entre ses parties, des racines aux bourgeons, et ainsi en va-t-il des liens étroits entre tous les intervenants de la chaîne du livre (éditeurs, distributeurs, libraires professionnels du livre, etc.)  

Qui dit arbre, dit racines, ces relations privilégiées que le lecteur peut avoir avec son libraire du coin, ce qu’Amazon en ligne ou les magasins à grande surface ne peuvent offrir. En Mauricie, des librairies ont disparu, d’autres ont vu le jour. La politique d’achat local devrait être une priorité. Et puisqu’il est question de lieux de rencontres, mentionnons que les Midis littéraires en seront à leur cinquième saison. Présentés sous une formule sympathique de rendez-vous convivial où chacun apporte sa boîte à lunch, les prochaines rencontres auront lieu les 4 avril, 2 mai et 6 juin à la Maison de la culture.

Qui dit racines, dit littérature, celle qui voyage à travers les époques, laissant au passage une culture, une identité qui lui est propre. L’événement Une pluie de livres mis de l’avant par la Société des écrivains de la Mauricie (SÉM) en 2015 en fût une belle illustration. Les quelque 90 membres de la SÉM ont ainsi pu bénéficier d’une vaste diffusion de leurs publications récentes ou non.

Qui dit racines, dit transmission, dit les efforts déployés par divers intervenants afin de  rendre accessible le livre, à le mettre aussi bien entre les mains de l’enfant que dans celles des personnes âgées. Que l’on associe l’arbre à la généalogie nous rappelle également que la lecture de nos classiques, québécois ou autres, participe à cette transmission.

Qui dit prendre racine dit créer des réseaux, des liens au fil du temps, et comme le disait si bien Warren Buffet « Quelqu’un s’assoit à l’ombre aujourd’hui parce que quelqu’un d’autre a planté un arbre il y a longtemps. » Le Salon du livre de Trois-Rivières en est à sa 28e saison et elle aura lieu cette année du 17 au 20 mars.

 

Monique Parent, auteure
Administratrice, représentante à la commission Littérature | Individus
Culture Mauricie 

Julie Brosseau, directrice générale, Salon du livre de Trois-Rivières
Trésorière, représentante à la commission Littérature | Organismes, entreprises ou collectifs d'artistes
Culture Mauricie