5 démarches qui font du bien à la Terre

Dans le cadre du jour de la Terre, Culture Mauricie vous présente cinq démarches d’artistes et d’organismes qui font du bien à la Terre.

Javier Escamilla

Artiste, écologiste et médiateur culturel, Javier Escamilla, un Colombien d’origine, est un créateur engagé dans sa communauté. Sa démarche artistique s’articule autour de trois thématiques globales : la diversité culturelle, l'environnement et les droits fondamentaux. En 2016, il se lance dans un projet colossal alliant médiation culturelle et créations artistiques pour la conservation et la revitalisation d'un milieu naturel urbain : RevitalisART. Au total, le projet favorise l'aménagement d'environ quinze hectares de la rivière Milette. Javier a accompagné la formation environnementale et artistique de la Brigade écologique de la Maison Coup de Pouce qui s’est mérité pour ce projet le Prix Action Suzuki 2016. En mars 2017, RevitalisART remporte également la mention Coup de cœur du Jury à la 18e édition des Prix Arts Excellence.

Le FestiVoix

Depuis 2007, le FestiVoix s’est engagé dans le développement durable avec ses équipes, ses bénévoles, ses partenaires et surtout ses festivaliers devenus avec les années de véritables éco-festivaliers. Pas étonnant qu’il se soit mérité en 2014 le Grand Vivat, un prix qui met en lumière les réalisations des événements organisés de façon responsable. Le FestiVoix s’est vu attribuer plusieurs autres prix Vivats au fil des ans, dans les catégories « Transport et efficacité énergétique » et « Engagement socio-économique ». Le FestiVoix, c’est aussi un festival solidaire au cœur de sa communauté : dons de billets à des organismes, spectacles gratuits et redistribution de nourriture à des organismes d’assistance alimentaire sont au nombre des engagements citoyens de ce grand événement. Source : site Internet du FestiVoix.

Lorraine Beaulieu

Artiste multidisciplinaire en arts visuels inspirée par l'identité culturelle et les relations de l'homme avec son environnement, Lorraine Beaulieu utilise souvent des matières banales, issues du recyclage, pour créer sculptures et œuvres en deux dimensions. « En utilisant des éléments du quotidien, anodins et banals, (…) qui restent reconnaissables, se dévoile mon plaisir de communiquer simplement mes perceptions du monde. Ces matériaux récupérés de nos univers familiers deviennent alors des métaphores renvoyant mon œuvre à des phénomènes ou questionnements environnementaux et à des activités de l'humain ayant un impact sur la nature. » - Lorraine Beaulieu

Yan Boissonnault

Yan Boissonnault a grandi en milieu rural. Après des études collégiales en gestion et exploitation d’entreprises agricoles, il réalise qu’il ne se retrouve pas dans le monde agricole actuel. Sur un coup de tête, il s’envole dans l’Ouest canadien pour conduire des moissonneuses-batteuses et se met à l’écriture de son premier album. On dénote dans les compositions de Yan des messages véhiculant des valeurs relatives à la terre, qui font souvent référence aux enjeux de l’agriculture. En 2015, il se démarque à travers 27 groupes de musique et remporte le concours des Mardis de la Relève. Puis, en 2016, il lance son premier album intitulé Pour l’amour de la terre et des Sains d’esprit.

Coopérative Aux berges du Lac Castor

Regroupé sous forme de coopérative de travailleurs depuis 1999, le site Aux berges du Lac Castor propose aux familles et aux visiteurs une expérience d’hébergement unique sur le territoire de la Mauricie. Dans un cadre intimiste à valeur communautaire et écologique, la mission de la coopérative s’articule autour des trois axes suivants : l’environnement, la culture et le communautaire. Un lieu enchanteur qui offre une cuisine communautaire, un accès gratuit aux équipements plein air et nautiques, une salle de spectacle et un chalet de création où les artistes peuvent créer dans un contexte inspirant et ressourçant.